Cisgenre et transgenre : c’est quoi la différence ?

transgenre ou cisgenre - vivretrans

“Cis”, “cisgenre”, “trans”, “transgenre”, “transexuel”… De par vos lectures sur la culture du genre ou de la sexualité, par vos recherches ou votre entourage, il est possible que vous ayez déjà entendu certains de ces termes.

Le vocabulaire militant est assez riche et varié, ce qui peut être déstabilisant pour les profanes ou néophytes. Mais quoi de plus normal pour couvrir la large diversité d’individus qui s’identifient et souhaitent être identifiés en fonction de ce qu’ils/elles sont.

 

vivre trans - Caitlyn Jenner pour Vanity Fair© Vanity Fair:Annie Leibovitz 2015
Caitlyn Jenner pour Vanity Fair© Vanity Fair:Annie Leibovitz 2015

 

Si un vocabulaire aussi varié existe, c’est pour respecter et reconnaître chacune des personnes ne se reconnaissant pas dans le modèle de genre et de sexualité actuel qui nous est imposé. Car ce modèle, bien que majoritaire, n’est pas absolu. La culture du genre ne se limite pas à une vision binaire de la société, l’homme né homme existant par sa virilité et sa domination, et la femme née femme caractérisée par sa tendresse, sa douceur et sa soumission. Le genre ne s’invente pas, il ne change pas et ne se soigne pas. Pour mieux expliquer cela, faisons un petit état des lieux sur la différence entre cisgenre et transgenre.

 

“T’es six ? Comme le chiffre ?”

 

Pour commencer sur un bon pied, un petit rappel étymologique s’impose. Le mot cisgenre trouve son origine dans le préfixe “cis-”, du latin signifiant “du même côté”. Il s’oppose au terme “trans-”, qui lui se réfère en latin à “l’autre côté”. Si vous voulez briller en société, sachez que ces termes sont notamment utilisés en chimie et en science pour désigner les deux côtés d’une molécule.

 

Ainsi, être trans, transidentitaire ou transgenre (transgender en anglais) est le fait d’avoir une identité de genre différente que celle attribuée à sa naissance. Attention, à ne pas confondre avec la transexualité ou le transexualisme, qui se définit comme le fait d’avoir subi une opération chirurgicale pour changer de sexe, mais nous y reviendrons en détail un autre jour.

 

vivre trans - Laverne Cox en une du Time© Time 2014
Laverne Cox en une du Time© Time 2014

Genre et sexualité : apprendre la différence

 

Transgenre et cisgenre ne sont pas des expressions en rapport avec la sexualité de l’individu. C’est pourtant l’amalgame le plus couramment causé par l’image transmise via les média ou la culture populaire en général. Le genre et la sexualité ne sont en général jamais dissociés : ils font parti d’un tout, d’un ensemble hérité d’une culture judéo-chrétienne encore bien ancrée dans nos pratiques et notre éducation. Pourtant, en vous exposant les termes de transgenre et cisgenre, il n’est pas question de sexualité, mais encore une fois bien de genre (c’est facile, c’est dans les mots).

 

Pour parler de la manière la plus claire possible de transidentité, partons sur la définition du genre le plus couramment admise, mais également le plus simple à expliquer : cisgenre.

 

La majorité de la planète se définit en tant que cisgenre sans le savoir. Car être cisgenre, c’est se définir et se reconnaître par son genre de sa naissance, c’est à dire se sentir homme en étant homme de naissance, ou femme en étant femme de naissance. Encore une fois, à ne pas confondre avec la sexualité ! On peut être homosexuel, pansexuel ou assexuel tout en étant cis.

 

Vivre trans - Martine Rothblatt, femme d’affaires© New York Magazine 2014
Martine Rothblatt, femme d’affaires© New York Magazine 2014

 

Puis, être transgenre… C’est à peu près tout le reste ! Être transgenre, se sentir transgenre, c’est ne pas se retrouver dans ce schéma binaire. C’est vivre en ne rentrant pas dans ces cases pré-construites et imposées à la naissance. C’est pour cela que souvent, on reprochera aux personnes cis de ne pas pouvoir comprendre les difficultés qu’un(e) trans rencontrera dans chaque étape de sa vie. La société n’admet que trop difficilement l’expression d’un genre autre que celui exprimé biologiquement. Que ce soit auprès de la famille, à l’école ou au travail, chaque étape de la vie d’une personne née dans un corps qui ne lui correspond pas sera confronté au regard des autres et à son propre regard. La transidentité peut être perçue comme une maladie, une passade, une anomalie, une déviance comparé à la “norme” cis hétérosexuelle. Les personnes transgenres ne devraient pourtant pas se cloisonner dans les limites de leur genre de naissance, niant leur être pour survivre dans le cadre oppressif qui leur est imposé.

 

Par ailleurs, le genre ne s’exprime pas forcément de manière binaire avec des femmes et des hommes trans. Une personne peut se sentir “genderfluid” (ou genre fluide en français pour les deux du fond qui n’avaient pas compris), c’est à dire une personne dont le genre varie en fonction de la situation et du temps qui passe, ou agenre, qui désigne tout simplement une absence de genre.

 

vivre trans - Tiq Milan© Getty
Tiq Milan© Getty

 

En conclusion, que vous soyez cisgenre ou transgenre, l’important c’est de se sentir bien et d’accepter notre genre quel qu’il soit !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*