Femmes transgenres: la question de la voix

la voix des personnes transgenres vivre trans

Lorsque l’on s’engage dans une transition, la voix est aussi un élément qui peut être questionné. Il peut être parfois difficile pour les femmes transgenres de trouver leur voix. Pourquoi la voix est-elle si importante?  Pourquoi elle partie intégrante de la personnalité des gens ? Comment la travailler pour obtenir ce que l’on souhaite? Et finalement c’est quoi une voix de femme ? De nombreuses questions que peuvent se poser les femmes transgenres.

L’importance de la voix chez les personnes transgenres

Si la transition passe aussi par la voix, c’est parce que la voix est un élément auquel nous donnons un genre et qui, de ce fait, pourrait « trahir » une personne transgenre. Cela pourrait engendrer des questions mal placées. La voix, c’est toute la personnalité, elle ne peut pas mentir. C’est aussi par là que va passer l’échange avec la société. Aussi, la question de la féminisation de la voix se pose rapidement dès lors que le processus de transition est engagé. Il s’agit la plupart du temps de pouvoir obtenir une voix qui soit en harmonie avec qui elles sont. Mais la rééducation vocale pour les personnes transgenres est surtout considérée par les femmes. Pour elles, entamer un traitement hormonal va permettre d’amorcer des changements physiques mais n’aura aucune incidence sur leur voix. Il faut alors faire appel à un orthophoniste.

Comprendre le fonctionnement des cordes vocales

Il faut savoir qu’au moment de l’adolescence, chez les garçons, les cordes vocales vont s’épaissir et surtout s’allonger. Ce phénomène est irréversible. Il est donc trop tard pour les femmes transgenres car il faudrait entreprendre la transition avant la période de l’adolescence. Une fois passée la mue, une prise en charge est donc nécessaire pour harmoniser leur voix avec leur apparence et leur identité.

Dans le contexte inverse, la modification se fait beaucoup plus facilement. En effet la prise d’hormone chez une personne assignée femme à la naissance  suffira à déclencher la mue. Les cordes vocales vont alors s’épaissir, ce qui aura pour conséquence de rendre la voix plus grave. Ceci suffira dans la plupart des cas à obtenir la voix recherchée.

Pour les femmes, c’est donc un accompagnement avec un orthophoniste qui va les aider à compléter leur transition en obtenant une voix plus proche de leur identité.

Comment se passent les séances chez l’orthophoniste ?

Selon Carine Klein-Dallant, orthophoniste en région parisienne qui prend en charge ces patientes depuis une trentaine d’années, les séances durent entre 30 et 45 minutes et la prise en charge peut durer plusieurs mois. Il s’agit de réaliser différents exercices vocaux permettant de travailler ce qu’on appelle la souplesse de la voix. Cela passe par des lectures de textes, des exercices chantés ou encore un travail des intonations et du larynx pour apprendre à tenir des notes plus aiguës. Il peut aussi y avoir des mises en situation afin d’apprendre à la personne à mieux maitriser sa voix dans diverses cas de figure, y compris lors d’échanges un peu vifs. Bien sûr le travail est personnalisé en fonction de chaque patiente , il est adapté à leur vécu et à leur demande. Il faut aussi parfois travailler sur l’articulation pour que le phrasé soit plus perçu comme féminin. En effet, la fréquence de la voix (grave ou aigüe) ne suffit pas à s’approcher de la perception d’une voix féminine.

Mais c’est quoi, une voix féminine ?

Derrière cette perception, ce sont les stéréotypes de genres de la société que l’ont va retrouver ici. Pour la plupart des gens, cela passe par une fréquence aigüe qui s’oppose à la voix grave masculine. Bien évidemment dans la réalité, toutes les femmes n’ont pas une voix aigüe ni tous les hommes une voix grave. Prenez par exemple une actrice comme Fanny Ardent, réputée pour sa voix grave. Elle n’en est pas moins féminine. Il convient donc (encore et toujours) de se questionner sur l’image de la femme et celle de l’homme construite par la société et celle à laquelle on veut adhérer. 

Et si, au final, le but était simplement de permettre aux femmes transgenres d’avoir une voix dans laquelle elles se sentent bien, en sécurité et en adéquation avec qui elles sont.

RAPPEL : toute transition n’est absolument pas obligatoire (qu’elle soit médicale, chirurgicale ou hormonale) pour être une personne transgenre. Cette décision appartient à chaque personne et l’absence de traitement / chirurgie n’invalide pas qui vous êtes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*