Katoey : les femmes thaïlandaises transgenres

Katoey, Lady Boy, She Male, voici autant de noms qui désignent les femmes transgenres en Thaïlande. Ce troisième sexe est reconnu depuis de nombreuses années dans le pays grâce à la religion bouddhiste.

 

katoey-vivre-trans
Chananchida « Blossom » Rungpetcharat

 

Selon les préceptes bouddhistes, être Katoey serait une « punition » d’une vie antérieure : dans une vie précédente, l’homme a trompé la femme et pour comprendre ce qu’elle ressent, il renait femme dans le corps d’un homme. Belle idée.  En tout cas, grâce à cette légende, les Katoey sont acceptées au Pays du Sourire, et elles y seraient plus nombreuses que dans toute l’Europe réunie. Au nombre d’un million, soit 2% de la population thaïlandaise, elles essayent tant bien que mal de se forger une place à part entière dans le royaume de Siam.

 

Katoey : une définition recouvrant plusieurs autres.

Si vous pensiez que les Katoey étaient juste des personnes transgenres, il vous faut voir plus large. Bien que selon le dictionnaire de l’Académie Royale Thaïlandaise, “Katoey” signifie “personne ayant à la fois le sexe masculin et le sexe féminin” ou “personne ayant l’esprit et la manière d’être opposé à son sexe d’origine”, cela ne s’arrête pas là. On y inclut toutes les personnes transsexuelles, travesties, intersexuées, hermaphrodites, transgenres. Avant, les homosexuels y étaient aussi associés. Mais à l’arrivée de l’Occident, ils se sont différenciés de cette catégorie.

La religion bouddhiste ne condamne pas la transsexualité et reconnaît quatre genres différents : mâle, femelle, double nature et nature sexuelle non usuelle.

 

katoey-vivre-trans-2

 

Dans tous les cas, les Katoey sont reconnus pour être des hommes voulant devenir des femmes. Ils en adoptent le comportement, le genre allant parfois jusqu’à la transition totale en passant par la case chirurgien. Mais cela a un coût élevé qui ralentit bon nombre d’entre elles. Pour autant, cela ne les empêche pas de suivre un traitement hormonal.

 

Les Katoey s’intègrent petit à petit dans la société

Contrairement à de nombreux pays d’Occident, le Royaume de Siam est beaucoup plus tolérants envers ses femmes transgenres. Les jugements moraux sont quasi inexistants à ce sujet. On peut être un homme, une femme ou les 2, voire ni l’un ni l’autre, tout le monde s’en fiche et cela n’empêche personne d’être respecté à sa juste valeur et de trouver un logement ou du travail. La tolérance est une des grandes vertus de la Thaïlande…

Cependant, ne soyez pas dupe. Tout n’est pas rose et merveilleux. Même si elles sont plutôt bien intégrées, cela reste parfois une apparence, surtout en fait en fonction du domaine professionnel dans lequel elles évoluent.

Si une Katoey se lance dans l’esthétisme, les concours de beauté (comme Miss Tyffany ou Miss Univers Trans), le spectacle, infirmière, hôtesse de l’air, pharmacienne, vendeuse, … elle peut trouver son public et être quasi adulée. Cependant, pour des univers plus « sérieux » comme fonctionnaire, professeur, politicien … il lui sera beaucoup plus difficile de se faire accepter et d’être crédible.

 

Miss-Tiffany-2009-concours-katoey-vivre-trans-1

 

Dernier point à prendre en compte : la volonté d’une transition totale. Cette dernière coûtant assez cher, les Lady Boy vont vouloir gagner assez bien leur vie pour pouvoir se faire opérer et pour celles qui n’ont pas de chance, la prostitution reste une solution malheureusement trop souvent utilisée. Le contexte familial joue également car si la majorité les accepte bien, certaines sont quand même mises à la porte de chez elles et se retrouvent à la rue avec aucune autre solution que la prostitution pour survivre. Et pour être honnête, même si l’acception sociétale semble de mise, nombreuses sont celles qui sont en réalité sans emploi.

S’il semble que la plupart des “Katoey” thaïes n’aillent pas jusqu’au stade ultime (à savoir l’ablation du sexe), pour des raisons financières, “elles” sont nombreuses à se satisfaire de traitements hormonaux. Il y aurait environ 500 000 transsexuels accomplis dans le Royaume de Siam (pour 63 millions d’habitants), soit 20 fois plus qu’en France ! Cependant, les statistiques restent assez vagues à ce sujet.

 

Elles peuvent vivre leur genre dès leur plus jeune âge

Encore une grosse différence avec l’Occident, c’est que les Katoey peuvent être elles-mêmes dès leur jeunesse. Elles peuvent s’exprimer en tant que jeune fille à l’école avec des accessoires et des bijoux, malgré l’uniforme qui restera celui d’un garçon. Des toilettes ont même été spécialement conçues dans les centres scolaires pour elles, afin de limiter les conflits à ce sujet.

Malgré l’acceptation sociale, il y a encore des progrès à faire au niveau juridique. En effet, le 29 septembre 2011, le Gouvernement d’alors annonçait qu’il serait, désormais, possible pour les “Katoey” de voir le genre “Mademoiselle” affiché sur leur carte d’identité. Un plus pour celles qui désirent voyager et qui avaient des difficultés à le faire, le genre indiqué sur la carte d’identité n’étant pas celui qu’elles présentaient. Un pas de géant dans le domaine mais pas encore suffisant. Idem si on gratte un peu la surface au niveau des familles. Si un jeune homme peut fréquenter une katoey tant qu’il n’est pas marié, il ne pourra pas l’épouser par la loi. Cette dernière n’autorise pas le mariage entre personnes du même sexe.

 

 

Les limites de la tolérance

Si la société thaïe semble accepter les Lady Boys, on se rend compte que ce n’est parfois que de la tolérance. Comme nous le disions ci dessus, elles restent cantonnées à certains types de métiers et ne peuvent épouser un autre homme.

Des dérives aussi existent face à ce phénomène de transition. De nombreux jeunes à partir de 13 ans suivent des traitements hormonaux afin de ralentir les effets de la puberté. La loi a aussi instauré des limites quant aux transitions car il faut désormais avoir 18 ans pour pouvoir se faire opérer, avoir vécu au moins un an en tant que femme, avoir l’accord de deux psychiatres et être en mesure de recevoir un traitement hormonal. Et même là, pour les 18-20 ans, un accord parental leur sera nécessaire. Tout ceci dans le but d’être sûr que les personnes transgenres sont prêtes psychologiquement à leur transition et qu’elles ne regretteront pas leur transition.

La loi s’est durcie ses dernières années en matière de transition mais c’est pour de bonnes raisons et éviter des décisions trop hâtives et irréversibles.

 

L’opération de changement de sexe, un marché qui rapporte

La Thaïlande est devenue en quelques années une référence en la matière avec plus de 30 000 patients internationaux par an. Surtout en matière de vaginoplastie. Des personnes du monde entier viennent se faire opérer au Pays de Siam et les journaux regorgent de petites annonces en la matière, plus ou moins sérieuses. Des meilleurs chirurgiens en chirurgie esthétique aux bouchers avec scalpel, on peut trouver de tout.

Il existe des cliniques (notamment à Bangkok) qui offrent des prestations bien en deçà des prix pratiqués dans les grands établissements reconnus en la matière, mais souvent celles-ci opèrent dans des conditions hygiéniques qui peuvent laisser à désirer.

 

katoey-vivre-trans-3

 

Ainsi, un chirurgien de la capitale siamoise se targuerait de réaliser des interventions rapides sans l’utilisation de l’anesthésie générale. Ce dernier déclarerait avoir réalisé plus de 500 opérations de changement de sexe, et recevrait 2 à 3 patients chaque semaine.

Suivant les cliniques, les prix de ces interventions chirurgicales oscilleraient entre 1 300 Euros (52 000 bahts) à 12 000 Euros (480 000 bahts) les dernières années. De quoi susciter des vocations, et de belles arnaques. Si certains hommes économisent pendant des années pour enfin devenir la femme qu’ils ont toujours été, d’autres choisissent la voie de la prostitution pour essayer d’atteindre plus rapidement leur rêve.

 

Découvrez les plus belles Katoey de Thaïlande ICI.

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*