Transgenres : le guide pour éviter les maladresses

transgenres-maladresses-vivretrans

personne-transgenre-guide-maladresses-vivretrans

Lorsqu’une personnalité annonce sa transition, la couverture qui en est faire dans les médias ou sur les réseaux sociaux est souvent pleine de maladresses, voire parfois transphobe. Refuser d’utiliser le nouveau prénom ou le prénom que la personne à choisi pour se référer à elle est malheureusement encore courant.

Voici un petit guide afin d’utiliser les bons termes et les bonnes formulations lorsque vous parlez de personnes transgenres.

 

Transgenre ou transexuel ?

Il est préférable d’utiliser le terme de transgenre. En effet le mot « transexuel » ramène à une vision pathologique de l’identité (toutefois certaines personnes de la communauté continuent de l’utiliser). On peut tout simplement parler de personne trans. Dernière précision : le terme « transgenre » s’utilise comme un adjectif et non pas comme un nom (c’est une personne transgenre)

De même, on évite d’utiliser le terme « travesti ». Car le travestissement est la fait d’adopter temporairement les codes vestimentaires et sociaux d’un autre genre. Il ne s’agit pas ici de remettre en question le genre de son sexe biologique.

 

Transsexualisme ou transidentité?

La encore le transexualisme est un terme médical et place les personnes trans en situation de porteurs d’une pathologie. Il vaut donc mieux parler de transidentité car il s’agit bien d’une question d’identité et non d’un trouble sexuel.

Ne pas porter de jugement de valeur sur la transition d’une personne « c’est un.e trans réussi.e »

La transition n’est pas une opération de chirurgie esthétique. De plus, il ne faut pas juger de l’apparence physique d’une personne en fonction de critère genrés ou qualifier une personne de féminine ou masculine. Rien n’oblige plus une MtoF (homme vers femme) qu’une femme à adopter une apparence très féminine avec jupe, talons hauts et maquillage. D’ailleurs, personne ne peut définir réellement à quoi un homme ou une femme devrait ressembler.

 

Utiliser le bon prénom et le bon pronom personnel.

Lorsqu’une personne officialise sa transition, elle choisit un nouveau prénom qui lui ressemble plus. Il faut alors respecter le choix de la personne en la nommant uniquement par ce nouveau prénom (et en ne faisant pas référence à son ancien nom). Elle choisit également le pronom que l’on doit utiliser pour se référer à elle. C’est ce qu’explique très bien l’humoriste français Océan dans la vidéo de son coming out trans publiée sur le site Komitid. “Je vous demande à partir de maintenant de m’appeler Océan et de me genrer au masculin”, explique-t-il dans la vidéo.

ocean-transition-maladresses-vivretrans

 

Ne pas dire : “Il/elle a changé de sexe”

La transition n’est pas une question de sexe mais de genre. Il s’agit de se donner le genre avec lequel ils se sentent le plus en adéquation (différent de celui qui leur a été assigné à la naissance). Ils mettent donc leur apparence en adéquation avec qui ils sont. On parle donc bien de changement ou transition de genre et non de sexe.

A ce sujet, l’association des journalistes lesbiennes, gays, bis et trans (AJL) rappelle quelques règles dans un guide sur son site pour éviter les erreurs.

Aussi, lorsque vous parlez du genre de naissance, évitez de dire il.elle est né.e homme/femme mais préférez il.elle a été désigné.e comme homme/femme à la naissance, qui implique un phénomène extérieur à la personne et ne reflète pas une décision de sa part.

Ne pas spéculer sur les procédures médicales

C’est lors de la transition très médiatisée de Caitlyn Jenner en 2015 que La GLAAD (une association américaine qui œuvre à dénoncer les discriminations faites à l’encontre des personnes LGBTQ+) a publié quelques conseils sur la bonne façon de parler des personnes transgenres. Le sujet de la spéculation des procédures médicales y est notamment abordé. En effet certains médias plutôt curieux cherchaient à savoir si telle ou telle procédure médicale avait été effectuée, or cela relève du domaine de la vie privée. D’autant plus qu’une personne n’a pas besoin de passer par la chirurgie pour être considérée comme trans.

célébrités-transgenres-maladresses-vivretrans

 

Ne pas confondre identité et orientation sexuelle

Ce sont 2 choses bien distinctes qui ne sont pas forcément liées. L’identité est qui on est alors que l’orientation sexuelle concerne les personnes par qui on est attiré.

On respecte le choix de chacun et on ne fait pas d’outing

Il faut laisser le choix à la personne de dévoiler ou non sa transition de genre ainsi que son prénom de naissance. Il s’agit d’une atteinte grave à la vie privée que de faire ce genre de révélations à la place de la personne concernée.

 

3 Comments

  1. Personnellement je n’utilise pas le terme identité sexuelle car ce terme n’a pas de définition clair. Je préfère parler plus simplement de sexe (biologique). Et encore le sexe, tout comme le genre, est plus un concept plutôt qu’une état précis, qui regroupe une multitude de paramètres biologiques variable.
    Parler d’identité sexuelle, c’est comme parler d’identité capillaire au lieu de cheveux ou une identité ophtalmique,au lieu des yeux. Quand on parle de yeux vert, on sait qu’il y a plein de nuance de vert.
    De même, en parlant de sexe femelle, on devrait concevoir plein de nuances de taille, de forme et même de fonctionnalité.

  2. Pas d’accord. Si tu choisi d’être trans, bah assume le fait que tu sera outer
    Moi c’est pas mon truc, je trouve ca degueu.. Je suis lesbienne pourtant
    Javais un ami qui a décidé de devenir femme, notre amitié a fini la

    • C’est dommage d’être transphobe quand on fait partie de la communauté. Si tu juges les trans, dans ce cas ne t’étonne pas d’être jugé.e par les lesbophobes, homophobes. C’est en changeant de mentalité qu’on se rend compte qu’il n’y a pas de normalité, peu importe son genre, sa sexualité. C’est un peu comme de vouloir être accepté.e mais de ne pas accepter les autres dans ton cas. Si tu as vécus des choses fortes lors de ton coming-out ou que tu as déjà été regardé.e de travers en embrassant ta copine dans la rue, dis toi que pour les trans tout cela c’est X100. Et le terme “dégueu” est vraiment dégradant, c’est irrespectueux et ce mot n’a pas sa place dans un site comme vivre-trans qui traite vraiment bien de ce sujet. C’est irrespectueux pour les personnes qui écrivent et celles qui lisent. Ps : Je ne suis pas trans, je suis juste une homo qui comprend que chacun.e est libre de faire ce qu’il/elle veut et d’être qui il/elle veut.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*