La chirurgie du torse est-elle remboursée en France ?

chirurgie-torse-mammectomie-mastectomie-vivre-trans-vt-2

Faire sa transition n’est déjà pas une chose évidente en soi, alors savoir quoi faire et combien ça coûte est toujours un plus pour se préparer à faire le grand saut et se retrouver enfin dans le corps du genre auquel on appartient. Vivre Trans a essayé de rassembler un max d’infos pour vous aider à passer l’étape de la chirurgie du torse (mammectomie ou mastectomie).

 

chirurgie-torse-mammectomie-mastectomie-vivre-trans-vt-1

 

Certaines infos auront peut-être des updates plus récents donc si vous avez une expérience, un conseil, un prix juste à partager avec nos autres lecteurs, n’hésitez pas à en faire part ! Une transition de genre est toujours plus facile lorsqu’on se sent soutenu et qu’on est bien renseigné.

 

1ère étape : voir un spécialiste

La Top Surgery (pour les anglophones) offre l’avantage d’afficher directement son genre sans que la personne en face demande ce qu’il y a sous la jupe ou dans le caleçon. Avoir des seins ou pas est en général un signe de genre. Sachez cependant que pour profiter d’une chirurgie du torse, il vous fera avant tout une attestation d’un psychiatre. Ces derniers sont remboursés par lé Sécu s’ils sont en secteur 1, sinon il y aura des dépassements honoraires à votre charge ou couvert par votre mutuelle, si vous en avez une bonne. Choisissez le bien car tous ne sont pas spécialistes des personnes transgenres.

N’oubliez pas que pour consulter un spécialiste, il faut toujours au préalable passer par son médecin traitant. Si c’est le cas pour un kiné, ça l’est aussi pour un psy. Eh oui. Si vous faites l’impasse, vous ne serez pas bien remboursé, alors pensez-y. Demandez lui une sorte de « recommandation » officielle pour votre psychiatre, attestant la nécessité de voir un spécialiste. On vous dit, c’est pareil pour tout type de spécialiste donc ne vous offusquez pas. Seule exception, si vous avez entre 16 et 25 ans, vous pouvez sauter l’étape du médecin traitant.  Pour en savoir plus sur les remboursements, cliquez donc ICI.

 

2ème étape : s’adresser à sa caisse d’assurance maladie

Pour être sûr d’être bien remboursé, adressez vous à votre caisse d’assurance maladie (CPAM, MSA, … ) et demandez alors une reconnaissance d’ALD ou « affection de longue durée (qui a une durée de 3 ans). Ce petit papier vous sera hyper utile si vous avez un suivi médical et de soins de santé de plus de 6 mois (ça marche pour les prises d’hormones par exemple). Grâce à lui, vous pourrez être remboursé à 100% au lieu de 80%, c’est toujours bon à prendre. Cependant, vous devrez encore payer le ticket modérateur, qui peut être pris en charge par votre mutuelle.

Votre médecin traitant est celui qui reconnaît l’ALD, remplit un protocole de soins en définissant la maladie et les traitements nécessaires, et l’envoie à votre caisse d’assurance maladie. Si cette dernière n’est plus rattachée aux « affections psychiatriques de longue durée » (transsexualisme), il faudra cependant qu’elle soit accompagnée par un certificat psychiatrique si vous souhaitez qu’elle soit validée. Votre médecin doit alors préciser le sujet de la demande et plus il sera précis, mieux c’est, comme une « mastectomie bilatérale complète » par exemple.

 

chirurgie-torse-mammectomie-mastectomie-vivre-trans-vt-24

 

Si votre caisse d’assurance maladie vous la refuse, vous pouvez toujours faire appel de la décision en saisissant en dernier recours le Défenseur des droits.

 

3ème étape : remboursement de la chirurgie

Toujours bien se renseigner en amont. En effet, les chirurgiens français pour la mammectomie ont des dépassements d’honoraires, car la Sécurité Sociale ne rembourse que dans une certaine limites leurs dépenses. Ils facturent donc généralement le surplus à leurs patients (souvent aux alentours de 1500€). Vous pouvez aussi le faire passer sur votre mutuel mais même topo ici, renseignez vous avant sur ce qu’elle prend en charge ou pas. L’une se basant sur l’autre, si la première vous refuse un remboursement, il y a de forts risques pour que votre mutuelle le refuse aussi.

Ce qui peut vous aider, c’est de savoir comment fonctionne votre chirurgien. Plusieurs cas possibles :

– il est adhérent DPTAM (dispositif de pratique tarifaire maitrisée), il maitrise ses dépassements et il permet en général d’être mieux remboursé.

– il n’est pas adhérent, tout dépendra de votre mutuelle, puisque certaines remboursent jusqu’à 200% les remboursements de base de la Sécu. Choisissez la bien !

– selon les chirurgiens, la mammectomie peut n’être prise en charge qu’à la condition d’avoir 2 ans de suivi psychiatrique (on remerciera au passage la SoFECT pour son influence…) et une ALD. Certains psychiatres peuvent être arrangeants et donner une attestation pour 2 ans sans que l’on ait réellement eu ce suivi, mais ce n’est pas une garantie.

 

4ème étape (facultative) : si pas d’attestation, il faut une entente préalable

Vos avez sauté le suivi de 2 ans et son attestation, il est quand même possible de se faire opérer. Attention, ça ne marche pas à tous les coups donc la voie la plus longue reste la plus sûre. Si vous n’avez pas cette attestation, vous devrez demander à votre Sécurité Sociale une entente préalable, c’est-à-dire un document à envoyer au Médecin Conseil de votre Caisse d’Assurance Maladie (donc un parfait inconnu) expliquant la situation et demandant ainsi la chirurgie.

Vous pouvez envoyer une preuve de votre traitement hormonal si vous en avez un. Beaucoup de Caisses d’Assurance Maladie demande encore 2 ans de suivi psychiatrique pour accorder l’entente préalable. Cela est illégal, et vous pouvez d’ailleurs le rappeler dans votre lettre : « Je suis bien conscient qu’il n’est pas obligatoire de disposer de 2 ans de suivi psychiatrique pour formuler une demande de mammectomie », etc. Mais ce sont quand même eux qui décident… N’oubliez pas de le faire avec accusé de réception, en recommandé afin d’avoir toujours une preuve de vos actions.

Pour l’acceptation ou le refus par la Sécu, la théorie est la suivante : si la Sécurité Sociale n’a pas répondu sous 15 jours, cela vaut accord.  Cela reste de la théorie car vous n’aurez toujours pas de papiers affirmatifs à fournir à votre chirurgien. Donc de préférence, attendez bien la réponse de votre Sécurité Sociale.

 

chirurgie-torse-mammectomie-mastectomie-vivre-trans-vt-3

 

5ème étape : simuliez les coups avant la chirurgie du torse

Une fois que vous avez le devis du chirurgien et vos documents de mutuelle sous les yeux, vous pouvez faire une simulation du coût de votre opération sur le site de Chrysalide.

Bon à savoir, si vous avez plus de 300g de tissu à retirer de chaque côté du torse, il est possible de faire passer cela en réduction mammaire pour être remboursé par la Sécu, hors dépassements d’honoraires, sans passer par le parcours trans. On appelle cela une gynécomastie. Cela marche si vous avez déjà fait votre changement d’état civil (penser aux détails, penser aux détails).

 

Si vous avez passé l’étape de vous demander si vous êtes transgenre, la chirurgie sera la dernière pour une transition complète. Et pour ceux et celle qui veulent tester leur pouvoir de séduction, il existe des plateformes spécialisées pour cela.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*