Bilan cinéma 2017 : moins de 1% pour représenter la communauté LGBTQ+

lgbt-film - cinéma - lgbtq - vivre trans
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si on voit apparaître dans des films des couples lesbiens et homosexuels, ainsi que différents personnages navigant entre les genres, il y a encore du chemin à parcourir car depuis 2014, rien n’a bougé. Vivre Trans vous détaille tout.

 

cinéma - lgbtq - vivre trans

 

En effet, Un récent rapport de la Fondation Annenberg révèle que sur 4403 personnages, issus de 100 films mainstream américains en 2017, seulement 0,7% étaient LGBTQ+. De quoi faire ruer dans les brancards et grincer des dens lorsque l’on constate un tel chiffre. Si l’industrie du cinéma avait montré une volonté d’ouverture d’esprit, il semble qu’elle est été tirée en plein vol.

 

Cinéma : des stéréotypes à l’écran

Si les personnages à la sexualité « hors norme » se font rares à l’écran, le cinéma reste dans un mode binaire. On est soit homo, soit lesbienne, soit bisexuel. Point. Les transgenres n’ont pas encore vraiment leur place. En 2017, selon une récente étude de la Fondation Annenberg, sur 4403 personnages, issus de 100 films mainstream américains, seulement 0,7% étaient LGBTQ+. Soit 31. Parmi eux : 16 gays, 9 lesbiennes et 6 bisexuel.le.s. Force est de constater que les producteurs sont encore frileux de montrer des genres différents à l’écran, et lorsqu’ils le font, ce sont souvent des caricatures. À croire que les plus ouverts sont ceux de l’industrie du porno ou de la live cam trans (on plaisante, quoi que…). Cinéma, cinéma, nous entends-tu ?

Un manque de représentation pointé du doigt par la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD), qui publie chaque année un rapport sur le sujet. Selon l’association, 28 personnages LGBT+ étaient présents dans 109 films des grands studios. En France, aucune étude de ce calibre n’a jamais été conduite…  Alors à quand ? Le monde du cinéma manque-t-il d’imagination ?

 

cinéma - lgbtq - vivre trans - couple - adolescents - noirs - fluo

 

Vient une autre variante que l’on doit prendre en compte aussi, car si le monde est homophobe, rappelons aussi qu’il aime les discriminations ! Et le cinéma ne fait pas exception. Autant faire un package n’est-ce pas ! Parmi les personnages LGBT+ montrés à l’écran, 67,7% étaient (sans surprise) blancs et 32,3% racisés. Seulement huit personnages étaient des adolescents et un seul était un parent. Individualisme bonjour.

 

Pas d’évolution dans le secteur du cinéma depuis 2014

Non seulement les chiffres n’ont pas évolué mais en plus, ils auraient plutôt tendance à baisser. En 2014, il y avait 4 personnages lesbiens, 12 gays et 5 bisexuels. En 2015, 7 lesbiens, 19 gays et 5 bisexuels. En 2016, 9 lesbiens, 36 gays et 6 bisexuels. Concernant les transgenres, il y en a eu un seul en 2015… On continue ?

 

cinéma - lgbtq - vivre trans - couple - festival - films

 

Cerise sur le gâteau, on voit aussi une tendance largement masculine concernant les personnages représentés au cinéma. En 2017, seulement 31,8% des personnages étaient des femmes contre 68,2% d’hommes. Les auteurs du rapport préconisent ainsi d’ajouter cinq personnages féminins chaque année dans chaque film, ce qui permettrait d’atteindre la quasi-parité en… 2020. Croisons les doigts !

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*