Plastics of Hollywood, le clan des poupées vivantes.

plastics of hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans - 1

En 2016 un nouveau concept de télé-réalité voit le jour sur la télévision américaine. Il n’y a d’ailleurs qu’eux pour imaginer ce genre d’émission. Réunissant des personnes transgenres, le tv show est surtout là pour les auréoler de « gloire ». On aime ou on n’aime pas ! Une émission aussi fascinante que dérangeante.

 

 

 

 

plastics of hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans -2

 

Douze membres, basés à Los Angeles, forment une « charmante » petite famille. Tous accros à la chirurgie esthétique, tous fascinés par les poupées étant enfants, ils veulent eux mêmes devenir des poupées vivantes, « the living dolls ». Tout est fake chez eux, et la personnalité n’a souvent pas plus de profondeur. Mais on est quand même fasciné de regarder autant de plastique sur une seule personne. Vivre Trans vous présente l’équipe.

 

3 millions $ dépensés en opérations de chirurgie esthétique.

Cette émission très spéciale est faite pour les amoureux du plastique et les fétichistes adeptes de la paraphilie. Douze personnes réunies dans une maison à Los Angeles, en Californie, formant un « clan » ayant les mêmes addictions. À eux seuls, ils ont dépensé plus de 3 millions $ pour ressembler à de véritables poupées vivantes.

 

plastics of hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans - 5

 

Une véritable fierté pour eux comme le déclare la directrice et productrice de talents, Marcela Iglesias :

«Nous sommes la première agence au monde pour les êtres humains les plus modifiés. »

«Ce sont des personnages incroyables qui ont subi une chirurgie plastique, des interventions esthétiques ou qui ont juste un physique extrême. De la chirurgie et des procédures, les poupées ont dépensé plus de trois millions de dollars pour modifier leur apparence. “

Avis aux amateurs.

 

Plastics of Hollywood, une tribu pas comme les autres.

Leur concept ? Être la plus grande “famille en plastique” du monde. Les douze membres de ce clan basé à Los Angeles se considèrent comme des poupées humaines. La plupart ont subi de nombreuses opérations de chirurgie esthétique. Pari réussi.

 

Marcela Iglesias, la fondatrice

Venue tout droit d’Argentine, cette personnalité de télévision est à l’origine du groupe Plastics of Hollywood.Elle accueille régulièrement ses protégés dans sa maison de L.A. et gère certaines de leurs carrières. Mère de substitution ou mère maquerelle ?!

Marcela Iglesias - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Rodrigo Alves, le Ken humain

À 33 ans, il a déjà subi 58 opérations. Ce Brésiliano-britannique a même failli y laisser son nez. Fin novembre, il a été pressenti pour co-présenter l’Eurovision qui se tiendra le 12 mai à Lisbonne. Il a d’ailleurs tellement fait d’opérations qu’il ne peu plus rien retoucher sans risquer de gros dégâts, voire d’y rester.

Rodrigo Alves - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Luis Padron, petit elfe éthéré

Cet Argentin de 25 ans se considère comme “trans-espèce.” Pour sa transformation, il a dépensé près de 50 000 dollars. Mi-décembre, il a été opéré pour avoir de véritables oreilles pointues.

Luis Padron - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Sham Ibrahim, artiste Pop Art

Il est peintre et s’est rendu célèbre grâce à son look excentrique et ses portraits style pop art. Un tableau vivant.

Sham Ibrahim- plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Bryan Ray, sosie de Britney Spears (dit-il)

Ce Californien de 31 ans est prêt à tout pour ressembler à son idole et rester “éternellement jeune”.

Bryan Ray- plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Justin Jedlica, Ken bis

Il est fier d’être totalement artificiel. Cet Américain est passé 340 fois sur le billard pour devenir tel la poupée Mattel et a dépensé plus de 400 000$ pour atteindre son objectif. Il dessine aussi lui-même ses prothèses.

Justin Jedlica - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Pixee Fox, cartoon vivant

C’est le surnom de cette Suédoise de 26 ans. Obsédée par les personnages Disney, elle s’est fait retirer six côtes pour obtenir une taille de guêpe. Elle a aussi fait de nombreuses autres opérations et a été en couple un moment avec Justin Jedlica.

Pixee Fox - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Frenchy Morgan, la petite Française

Installée aux États-Unis depuis 2004, elle a débuté comme danseuse de charme. Chanteuse, elle a aussi participé à plusieurs télé-réalités. À 42 ans, elle adore son look de poupée gonflable.

Frenchy Morgan plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Jennifer Pamplona alias Kim. Kardashian

Cet ex-mannequin brésilien de 24 ans s’est, entre autres, fait injecter deux litres de graisse dans les fesses pour obtenir la silhouette callipyge de la starlette. 400 000$ dépensés, qu’elle voit comme un “investissement”.

Jennifer Pamplona - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Alex Veach, mannequin bi-genre

Alex, 29 ans, se fait parfois appeler Aria. Tout dépend de son job du moment : modèle homme ou femme.

Alex Veach - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Nikki Exotika, Barbie trans

Chanteuse, actrice et femme d’affaires, à 34 ans, Nikki a une carrière bien remplie. Son rêve ? Former un groupe pop transgenre.

Nikki Exotika - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

Vinny Ohh, l’alien

On vous en a parlé dans un article précédent, si vous nous avez bien suivi. Le jeune homme de 22 ans a eu recours à 110 opérations pour se transformer en “alien asexué”. La prochaine étape ? Il a prévu de se faire retirer les organes génitaux.

Vinny Ohh - plastic hollywood - chirurgie esthetique - transgenre - vivre trans

 

 

Source : VSD

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*