Question à un expert : mon enfant est-il transgenre ?

enfant-transgenre-vt-vivre-trans-1

Entretien avec la Dre Johanna Olson, Médecine Adolescente, Professeure adjointe, Children’s Hospital de Los Angeles.

 

enfant-transgenre-vt-vivre-trans-3 

 

Vivre Trans a traversé l’Atlantique pour recueillir différentes opinions et voir ce qui était dit par delà l’océan à une question qui est la même, quel que soit le pays. Mais qu’en est-il des réponses ?

 

Q : Comment un parent peut-il savoir si son enfant est transgenre ?

 

R : Cela dépend en grande partie de l’âge de l’enfant. Dans la plupart des recherches actuelles à ce sujet, il n’y a pas de consensus clair au sein de la communauté ou parmi les prestataires. Le terme «transgenre» a lui-même évolué avec le temps, mais il est généralement utilisé pour désigner une personne ayant une identité de genre, une expression de genre, une performance de genre qui dépasse les normes culturelles attendues pour le sexe à la naissance attribué.

 

Cependant, il est également vrai que de nombreux enfants en âge de procréer [au stade juste avant la puberté] ont des comportements non conformes, que je ne qualifierais pas de transgenres. La vérité est que nous ne savons pas vraiment si cet enfant qui n’est pas conforme au genre dans son enfance continuera à avoir une identité « transsexuelle » à l’adolescence ou à l’âge adulte. Ce que nous savons, c’est qu’au moment où les enfants atteignent l’adolescence, s’ils ont une identité de genre différente de celle attribuée au sexe à la naissance, il est très probable qu’ils conservent cette identité de genre. L’adolescence est donc un moment important où l’on parle de traitement.

 

Q : Comment abordez-vous un enfant qui exprime simplement un comportement non conforme de genre, par opposition à un enfant qui dit avec persistance, insistance et cohérence : «non, je ne suis pas un garçon, je suis une fille» ?

 

R : Je pense que vous devez suivre une approche affirmative de la prise en charge – de quoi a-t-il besoin pour que l’enfant se sente le plus en sécurité et se sente le mieux possible à ce moment-là ? Et la plus grande question est de savoir si vous soutenez un enfant en transition sociale durant sa petite enfance. La réalité à propos de ces enfants qui demandent à vivre avec un sexe différent de celui auquel ils ont été attribués à la naissance est qu’ils souffrent généralement de dysphorie sexuelle. Et nous savons que les enfants qui sont plus dysphoriques dans leur enfance sont plus susceptibles d’avoir une identité trans, adolescents et adultes.

 

enfant-transgenre-vt-vivre-trans-2

 

Voici où cela devient difficile cependant. La transition sociale doit être le besoin de l’enfant, pas celui du parent. Si un parent souhaite la transition sociale de son enfant parce que c’est plus facile que d’avoir un enfant qui ne se conforme pas au genre, c’est un problème. Et je dois dire – c’est très important – avoir un homme assigné à la naissance qui veut porter des vêtements de fille et se peindre les ongles mais ne pas s’identifier en tant que fille est un moment très dur. C’est un moment difficile pour les parents. C’est un moment difficile pour les aidants naturels ; c’est un moment difficile pour les proches ; c’est un moment difficile pour l’enfant. Il est donc facile d’imaginer : « Hé, tu ne peux pas vivre comme une fille à temps plein ? ». Cela peut sembler une solution plus facile à un scénario difficile.

 

Q : Que diriez-vous à un parent qui vient vous voir avec un enfant de 4 ou 5 ans qui pourrait être transgenre ?

 

Je recommande toujours à la famille de faire un week-end où l’enfant teste l’autre sexe et voit ce qui se passe. Si vous êtes nerveux à ce sujet, allez quelque part pendant un week-end où votre enfant peut vivre dans le genre qu’il revendique et voyez ce qui se passe pour votre enfant. Voyez ce qui se passe quand il porte les vêtements qu’il a choisis. Cela peut être vraiment éclairant.

Je pense qu’il est vraiment important, avant que les gens paniquent au sujet de la transition sociale, de s’arrêter et de se demander : « Quelles pourraient en être les conséquences ? Est-ce vraiment si désastreux ? ». Lorsque nous pensons donner aux gens la possibilité de jouer les deux rôles, nous rendons un grand service à la société. Je n’ai jamais vu l’argument selon lequel il serait dangereux de laisser les enfants explorer le genre. Les gens ont un tel séisme psychique à ce sujet, mais ce n’est pas nécessaire.

Juste parce que vous laissez votre enfant se faire pousser les cheveux, porter des robes et porter un nom différent ? Tout cela est réversible. C’est l’un des problèmes du concept de furtivité et de secret. Cela ajoute cette couche de secret ridicule qui devient vraiment archaïque dans le contexte des nouvelles façons de penser le genre. Il propage cette idée que vous ne pouvez être qu’un seul sexe toute votre vie et que ce genre est déterminé en fonction de vos organes génitaux à la naissance. Je pense juste que ce concept devient obsolète.

 

 

Source : Human Right Campaign

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*