Expliquer sa transidentité à ses parents

transition-accompagner-son-enfant-vivretrans

Transidentite-expliquée-aux-parents-vivretrans

Pour vous aider dans votre coming out trans auprès de vos parents, répondre à ses questions et dédramatiser la transidentité, il existe une brochure très compète de 20 pages qu’il est conseillé de donner à vos parents. Ils pourront ainsi la parcourir tranquillement après l’annonce et comprendre un peu mieux ce qu’être trans signifie et ce que cela va changer. Elle insiste également sur la nécessité d’accompagner leur enfant dans cette transition. Voici un extrait du guide 10 idées reçues sur la transidentité.

Rassurer les parents

L’annonce de son coming out trans à ses parentes ou à sa famille proche peut s’avérer délicate. Parfois, il sera plus simple de fournir un document extérieur qui explique avce des mots simples la situation et répond aux angoisses de la famille sans qu’elle n’ait besoin de les exprimer. Aussi ce guide très pédagogique va se placer en position de médiateur. C’est pour cela qu’il démarre dès son introduction par rassurer la famille :

« Vous avez beaucoup de questions, de doutes, de peurs, d’incompréhensions. C’est normal. Votre enfant aussi, et il a besoin de vous. » Ces mots simples ont également l’avantage de mettre tout le monde sur le même niveau avec chacun ses peurs. Il revient également sur le rôle primordial de parent qui est d’accompagner son enfant en lui donnant toutes les clés pour qu’il.elle soit heureu.se et épanoui.e.

transition-ocean-vivretrans

Expliquer les choses simplement

Parois les notions simples sont difficiles à expliquer à un proche, tant on est dans l’émotion au moment de la discussion. Ainsi, il paraît important de reprendre des notions de base en commençant notamment par expliquer ce que cela signifie d’être trans.

« La transidentité est avant tout un sentiment personnel que quelque chose ne va pas dans la perception de votre identité et celle que vous renvoyez au monde. Cela peut provoquer une dissociation avec l’image que l’on a de soi, qui peut aller du simple abandon (passage à un mode “pilote automatique”) à la haine de son corps. La seule manière connue de réduire cette douleur est la transition de genre. La transition peut être décrite comme une série de modifications (physiques, mentales, comportementales, etc.) qui permet à la personne de réduire l’écart entre sa perception d’elle-même et de ce qu’elle renvoie au monde. » Une façon de bien faire comprendre que la personne ne sent pas à l’aise avec son identité telle que la société lui demande de la présenter. Aussi, on y voit apparaître le mot souffrance pour bien faire comprendre que ce n’est ni une mode, ni une lubie mais bien un problème profond. Enfin la transition y apparait comme une solution et non comme un problème.

 

Ça vient d’où, être trans ?

Une autre question est explorée dans ce guide, celle de la tentative d’explication. Elle répond à la question «ça vient d’où, être trans » car implicitement les parents peuvent se demander qui est responsable de cela ou tout simplement pourquoi leur enfant est transgenre. Comme si cette annonce remettait en question l’éducation qu’ils lui ont donné. Ils cherchent aussi quelque part à identifier l’origine, la source afin de pouvoir potentiellement « résoudre ce problème ». Il est important que les parents comprennent qu’ils en sont bien évidemment pas responsables de quoi que soit, ni eux ni qui que ce soit d’autre (et encore moins leur enfant). Les personnes trans existent dans tous les types de familles, dans tous les environnements, personne n’en est à l’origine.

A quoi va ressembler mon fils ou ma fille après sa transition ?

C’est une autre grande inquiétude des parents qu’il est difficile d’exprimer. A quoi va ressembler mon enfant après sa transition ? Là encore le guide va dédramatiser la situation en prenant des exemples de personnes célèbres que l’on n’imagine même pas être trans. Il fait aussi la différence entre le moment du début de la transition où le physique peut être stigmatisé et celui post-transition où il devient très difficile de détecter que la personne a changé de genre. Il insiste également sur la période délicate de la transition durant laquelle la personne trans va devoir réapprendre à s’habiller, se comporter, parler… et qui peut être difficile. C’est surtout pendant cette période que la personne risque le plus de recevoir des remarques désobligeantes ou se faire agresser. Après la transition on ne voit qu’une personne d’un certain genre sans savoir qu’il n’est pas son genre attribué à la naissance. En effet la population trans en Occident est de 0,3 à 1,6 %, il est donc fortement probable que les parents aient déjà croisé des personnes trans sans le savoir.

Voici quelques exemples de célébrités citées dans le guide :

Tiq Milan est un homme trans américain , auteur, orateur, militant, et consultant en stratégie médiatique.

Laura Jane Grace est une femme trans lesbienne, chanteuse dans un groupe qu’elle a fondé. Elle a été la compagne de Coeur de Pirate pendant plusieurs années.

Aya Kamikawa est une avocate, mannequin et conférencière américaine d’origine philippine.

Amanda Simpson est une femme trans américaine et conseillère technique principale pour le Bureau de l’industrie et de la sécurité de la présidence des Etats-Unis durant l’ère Obama.

Anna Grodzka est une femme trans polonaise de 54 ans et députée dans son pays.

Chaz Salvatore Bono est un homme trans musicien, acteur et réalisateur. Il est l’enfant de la chanteuse Cher.

 

Accompagner son enfant

Dans ce guide, des conseils vont également être donnés pour que les parents accompagnent leur enfant avec des choses simples et en évitant les maladresses. Il faut savoir que la personne trans se présente peut-être déjà sous un autre genre devant certaines personnes de son entourage, il est donc important, toujours en accord avec lui.elle, de l’aider à avancer dans ce sens en :

  • Utilisant son nouveau prénom s’il en a choisi un
  • Utilisant les bons pronoms le concernant (se faire appeler par un mauvais pronom est une vive douleur pour l’estime de soi)
  • Proposant des surnoms, noms affectueux affirmant sa nouvelle identité (mon chéri / ma chérie)
  • Aidant votre enfant avec toutes ces choses nouvelles qu’il doit appréhender : nouveaux vêtements, posture, maquillage, etc.
  • L’aidant à financer les démarches médicales qu’il souhaite entamer. Par exemple, les femmes trans ont souvent besoin de passer par des séances d’épilation au laser pour détruire la pilosité faciale qui ne part pas simplement avec les hormones.
  • L’accompagnant dans les coming out qu’il va devoir réaliser auprès du reste de la famille
  • L’accompagnant à des permanences organisées par des associations trans s’il vous y invite
  • Étant force de proposition vis à vis de choses auxquelles votre enfant n’a pas pensé ou osé vous demander.
  • Tout simplement en étant là pour votre enfant durant cette période difficile qu’il traverse.
  • Vous réjouissant avec votre enfant de ses progrès.

 

 

Avec beaucoup de tact et de pédagogie, ce guide revient sur les changements qui vont s’opérer avec la transition de leur enfant et fait tomber les craintes une à une. Surtout, il insiste sur l’importance de la présence des parents aux côté de l’enfant qui va transitionner pour l’accompagner et le soutenir. Il termine d’ailleurs par demander aux parents de discuter avec leur enfant.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*