Etude : les jeunes délaissent de plus en plus les genres traditionnels.

TransYouthproject - vivre trans

Les jeunes se définissent de moins en moins par rapport aux genres traditionnels, féminin et masculin. C’est en tout cas le résultat d’une étude américaine réalisé par l’Académie Américaine de Pédiatrie (American Academy of Pediatrics) publiée en janvier 2017.

Le sujet d’étude porte sur la santé physique et mentale de jeunes entre 14 et 17 ans, de leur accès aux soins ainsi que de leur état de santé général.

Résultats : sur 81000 étudiants interrogés, 2,7% se considéraient comme appartenant à un genre faisant parti du parapluie de la transidentité (ou TGNC, TransGender and Non-Conforming), soit 2187 personnes. Ces chiffres représente une augmentation de 385% par rapport à une étude de 2016 publiant que seulement 0,7% des personnes interrogées se déclaraient transgenres ou non conformes aux genres traditionnels.

 

Christophe Chanson - transgenre - vivre trans
«Modern Family» offre un rôle à un acteur très particulier de 8 ans, dans un épisode de la huitième saison qui a fait le buzz.

 

Suite à ces questions, l’étude s’est également penchée sur l’état de santé et l’utilisation des soins par ces élèves. Parmi les résultats, on notera une grande disparité entre les réponses des élèves cisgenres et des transgenres concernant leur état de santé et l’accès aux soins. Les étudiants de genre trans et non conforme signalent un état de santé significativement plus bas, tandis qu’ils sont moins sensibilisés et moins visés par les campagnes de préventions. 62,1% des personnes transgenres ont signalé un état de santé général assez faible, contre 33,1% chez les personnes du groupe cis.

 

Pour cette étude, l’Académie a effectué une comparaison des résultats récoltés entre les adolescents cisgenres et les adolescents transgenres. L’étude s’est également penchée sur le genre exprimé par les adolescents de cette dernière catégorie.

 

cléo - transgenre - l union - vivre trans
À 21 ans, l’étudiant (Cléo) en dentaire à commencé sa transition « sociale »

 

 

En complément de l’étude, le docteur Daniel Shumer déclare que “ce niveau de prévalence de jeunes TGNC soutient de récents résultats, révélant que les précédentes estimations sur la part de la population TGNC a été sous-estimée”. Il partage également dans ce billet que malgré ces chiffres, les difficultés médicales au niveau mental et physique ne sont pas inévitables pour les personnes transgenres et de genre non-conforme aux genres traditionnels.

Néanmoins, il ne manque pas de citer une étude néerlandaise effectuée sur des enfants ayant une dysphorie de genre (terme utilisé par les médecins pour désigner un enfant qui se sent appartenir à l’autre sexe,ndlr). Cette étude démontre que les enfants avec une dysphorie de genre traités de manière compréhensive sur la question du genre et encouragés dans l’affirmation de leur genre pendant l’adolescence et leurs années de jeunes adultes, auront une santé mentale globalement similaire à celles des personnes cisgenre.

 

Il cite également une étude de TransYouthproject, révélant que les enfants transgenres ayant effectué une transition et ayant été suivis et encouragés possèdent des niveaux de dépression similaires à celle de personnes cisgenre, et ont seulement un niveau légèrement plus élevé d’anxiété.

 

TransYouthproject - vivre trans

 

Ces études sont pour l’instant effectuées dans l’Etat du Minnesota, mais les médecins souhaiteraient étendre leurs recherches au niveau national pour obtenir des résultats plus significatifs.

  

Source

Étude 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*